Chantal Crousel a le plaisir de présenter une nouvelle série de huit peintures (huile sur cire d'abeille) et de quatre grands papiers de José Maria Sicilia.

Depuis toujours, José Maria Sicilia est profondément sensible à la nature - à l'origine de toutes les beautés et des laideurs perceptibles à l'oeil et à l'esprit. Au-delà de cette limite, il se fait  - sans retenue - intermédiaire au langage métaphysique des implosions que suscitent les conflits entre besoin de beauté et aspiration de (par la) décadence.

Aux grandes fleurs rouges (Flores Rojas)  exposées au Palais des Beaux-Arts de Charleroi et au Palacio de Velazquès à Madrid en 1997-1998 ainsi qu'à la Galerie Chantal Crousel en 1998 succède maintenant une suite de peintures évoquant des fragments de fleurs - pétales - en cours de décomposition dans un éclat ultime, remontés à la surface de plans d'eau stagnante baignés de lumières,  saisis à différents moments.

Hors des courants, José Maria Sicilia poursuit sa quête du sublime jusqu'au vertige enduré et transmissible. Le résultat est une beauté insondable, celle du  passage - de la beauté dépassée.

plus