Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla

& Etcetera

  • 1
  • +
34,00€
Remove

Thomas Hirschhorn

"CHALET LOST HISTORY"

13 décembre 2003 — 21 février 2004

Avec des textes intégrés de Manuel Joseph

Le «Chalet Lost History » ambitionne d’envelopper complètement la galerie en la transformant en un chalet. Le « Chalet Lost History » se dote de textes intégrés dans l’œuvre même. Les textes de Manuel Joseph seront agrandis, coupés, réduits, transformés, collés de telle façon que les murs ne fassent plus qu’un avec les textes. « Lost history » est le nom de ce chalet, il est aussi le véritable programme du projet. L’histoire est perdue. L’histoire a toujours été volée, pillée, saccagée. Thomas Hirschhorn a encore devant les yeux ces images de pillages à Bagdad, les gens sortant du Musée Archéologique d’Irak avec des frigidaires, des climatiseurs, des meubles, des plantes et avec des objets anciens, historiques, archéologiques. Les textes d’un auteur sont aussi des textes perdus, pillés, volés. Ce sont des textes libres qui acceptent d’être pillés, volés, saccagés, perdus. Les démarches de Manuel Joseph et de Thomas Hirschhorn sont parallèles, comme le voleur de frigidaires et le voleur de statuettes. L’artiste veut qu’il y ait beaucoup à lire dans «Chalet Lost History », qu’il y ait des mots isolés, des phrases amputées, des morceaux de textes éparpillés. Tout comme le voleur de statuettes ou de frigidaires qui n’emporte avec lui qu’un fragment de l’histoire, le visiteur du chalet n’emmènera que des morceaux des textes.

Extrait de la présentation du projet «Chalet Lost History » de Thomas Hirschhorn



C. Crousel / Anesthésanthropie

Kelly Is Guilty «, tel est un énoncé inscrit dans le roman L’Amélioration que j’écris et dont j’ai vendu des éléments à Thomas Hirschhorn pour son travail » Chalet Lost History «. Travail qui procure en échange de la résistance – la résistance étant entendue hors idéologie – soit une notion toute mécanique qui n’échappe donc pas (prononcez le “donque” comme “don” c’est-à-dire sans prononcer le cé ni le té de “dont”) à la physique appliquée : la lisibilité du roman L’Amélioration que j’écris et dont j’ai vendu des éléments à Thomas Hirschhorn est donc (etc.) transférée puisque vendue pour s’agglomérer et/ou s’intégrer – c’est-à-dire être ingérée – dans le travail de Thomas Hirschhorn, puisqu’il faut bien refuser de considérer l’ennemi comme n’étant pas matériel mais idéal. Pour l’exemple :
–    Y a-t-il une différence entre l’exécution complète d’une pièce telle qu’on peut l’imaginer et l’exécution mentale de cette pièce ? Imaginiez-vous simplement l’exécution du sujet ?
–    Si la question semble se poser, à vous, c’est que vous invertissez plusieurs données, qui ne sont pas vôtres d’ailleurs. Passons, et suivez-moi dans l’autre pièce si vous voulez bien. Et vous avez tout intérêt à bien le vouloir… Par exécution, j’ai bien compris abolition… Du sujet s’entend [rires].
Le sujet est l’inscription dans un espace qu’on aura du mal à feuilleter, reste à l’espérer et quant à lire, à vous de voir et vous avez tout intérêt à bien le vouloir car le roman L’Amélioration que j’écris et que j’ai pour partie vendu excède la sculpture, la représentation et Darwin.

Manuel Joseph

plus

Sélection de vues

Autres expositions

Toutes nos expositions

Exposition de groupe

ReCycle

10 mars — 21 avril 2018


Thomas Hirschhorn

Pixel-Collage

9 janvier — 26 février 2016

Voir plus