David Douard investit et transforme l’espace du frac île-de-france, le plateau à Paris, sous le commissariat de Xavier Franceschi.
 
La Galerie Chantal Crousel a le plaisir de partager les nouvelles productions de David Douard ; installations, pièces sculpturales, sonores et vidéos, fragments d'écrits, objets anthropomorphes, éléments urbains et architecturaux. Pour son exposition personnelle, David Douard redéfinit un nouvel espace social, hybride, en mouvement continu dont émerge une matière chimérique.
 
Mêlant plusieurs registres de langage, des objets quotidiens aux matériaux à la fois issus du low-tech et de la culture populaire, les œuvres de David Douard provoquent des glissements de sens générateurs de poésie et de fiction. Les textes et poèmes qu'il collecte sur Internet sont associés à des formes tourmentées, abîmées, découpées et rapiécées donnant naissance à des pièces sculpturales en constante mutation.

David Douard, O’ T (Lorelei), 2020

David Douard
O’ T (Lorelei)
2020
Bois sérigraphié, vitres plexiglass d’abris bus, collages papier, métal, plâtre, mélasse, aimants, couteau


Prix : 17 000 EUR H.T.

Récoltant indifféremment les scories du monde, les installations de David Douard – composées de matériaux dont les caractéristiques organiques et anarchiques font écho à celles des mouvements sociaux – nous donnent à voir des corps en mutation.

« Je m’intéresse beaucoup aux techniques de dés-identification. Derrière le visage masqué se cache le désir de tout citoyen de ne plus être contrôlé.

Le masque questionne l’identité et son rapport à la surveillance policière, ou une forme de contrôle sur les corps quelle qu’elle soit. C’est ce qui figure derrière le port du masque, de la cagoule et de la capuche. La tendance à l’affirmation, donc, d’un anonymat individuel et collectif radical. »

— David Douard

David Douard, Us / They, 2020

David Douard
Us / They
2020
Bois, films miroirs, masque en bronze et aluminium, métal, aimants, verre, tissu sérigraphié, plastique sérigraphié, impression 3D en plastique, chaînes


Prix : 26 000 EUR H.T.

David Douard, O’ T (Maladjusted), 2020

David Douard
O’ T (Maladjusted)
2020
Plâtre, métal, aluminium, cuir, tissu, bronze, papier, osier, plexiglass, pompe, eau


Prix : 25 000 EUR H.T.

« Pour l'exposition O’ Ti’ Lulaby, j’ai pensé à un chant collectif, une berceuse, une rumeur, un souffle que l’on pose au coin du lit pour des enfants insomniaques. Cela peut être un chant du Moyen Âge comme le son et l’air d’un ventilateur de data center. Un truc qui nous relie tous et que l’on porte en nous dans notre sommeil, à l’intérieur de nos yeux clos. »

— David Douard

David Douard, EV’R 3, 2020

David Douard
EV’R 3
2020
Cadre en aluminium, tissu, bois et plastique sérigraphié
151 x 110 x 14.5 cm | 59 1/2 x 43 2/8 x 5 6/8 inches

Prix : 16 000 EUR H.T.

David Douard, EV’R 2, 2020

David Douard
EV’R 2
2020
Cadre en aluminium, tissu, bois et plastique sérigraphié
151 x 151 x 14 cm | 59 1/2 x 59 1/2 x 5 1/2 inches

Prix : 17 000 EUR H.T.

Les espaces multiples se jouent de la superposition et de la transparence, avec force trames et calques qui accentuent l’effet ondulatoire et mouvant des images, des objets et des corps. Le lieu se revêt ainsi d’un patchwork de peaux sensitives et architecturales, tel un corps dont les zones vitales sont alternativement en éveil ou en ou en sommeil et activées par des flux multiples.

David Douard, Cortex OV Light 2, 2020

David Douard
Cortex OV Light 2
2020
Plastique, tissus, plâtre, aimants, métal, céramique, impression 3D


Prix : 15 000 EUR H.T.

David Douard, 2020

David Douard
Cortex OV Light
2020
Tissu, métal, cuir sérigraphié, chaînes, capsules N2O, impression 3D en plastique, laque, tête de mannequin


Prix : 26 000 EUR H.T.

Dans cet univers, l’architecture cloisonne aussi bien qu’elle révèle, se cache tout en affirmant son autorité, et les objets anthropomorphes qui s’y immiscent abandonnent les parois au profit d’une centralité éclatée. L’entrave et la contrainte des corps sont au centre de cette immersion individuelle et collective où les informations, les objets, les figures renvoient aussi bien à la maîtrise qu’au pouvoir subversif des images et du langage.

« Je cherche des formes qui puissent contenir une énergie, un flux, une vie, où penser la vie, l'existence. Les différentes pièces doivent pouvoir se contaminer entres elles et contaminer l’espace. Un potentiel de corruption, d’autonomie pure, une fierté d’être là, sans gêne. Et plus c’est loin de ce que l’on connait, plus à mon sens c’est proche de nous. »

— David Douard

David Douard, O’ T (Kappa), 2020

David Douard
O’ T (Kappa)
2020
Plâtre, aluminium, tissus, verre, chaînes, cuir sérigraphié, tissu, plexiglas, vidéo, 90’ en boucle, son, pompe à eau, écran
328 x 135 x 130 cm | 129 1/8 x 53 1/8 x 51 1/8 inchesApprox. Ø 50 cm | Ø 19 5/8 inches73 x 135 x 130 cm | 28 6/8 x 53 1/8 x 51 1/8 inches105 x 62 cm | 41 3/8 x 24 3/8 inches

Le souffle, le langage et son bégaiement s’insinuent également sous différentes formes – cut-up de voix ou de paroles, fragments d’écrits – et cette petite ritournelle semble se faire l’écho d’une parole collective échappant à toute tentative de catégorisation.

David Douard, HERE EV’R NOW 2, 2020

David Douard
HERE EV’R NOW 2
2020
Projection vidéo (extrait de My Own Private Idaho, 1991 de Gus Vant Sant), 1’ en boucle, son, rideaux
0min

Prix : 16 000 EUR H.T.

David Douard

 

 

Né en 1983 à Perpignan, David Douard vit et travaille à Paris.


David Douard situe sa pratique artistique à la croisée du langage, du son et de la sculpture. Collectés sur Internet, les textes et les poèmes qui composent ses œuvres sont manipulés, transformés et fonctionnent comme un flux vital qui alimente ses sculptures. Imprégnées d’une ambiance chaotique et décadente, les expositions de David Douard créent un environnement hors du réel où l’architecture du lieu et les œuvres qui l’envahissent semblent répondre à une logique métaphorique voire animiste.

Son travail a fait l’objet d’expositions personnelles et collectives dans des institutions internationales telles que :

Frac Île-de-France, Le Plateau (2020), Irish Museum of Modern Art (IMMA), Dublin (2019) ; KURA. c/o Fonderia Artistica Battaglia, Milan (2018) ; Palais de Tokyo, Paris (2014 et 2018) ; Musée d’art moderne de la ville de Paris, Paris (2015 et 2017) ; Kunstverein Braunschweig (2016); Fridericianum, Kassel (2015) ; Sculpture Center, New York (2014) ; Astrup Fearnley Museet, Oslo (2014) ; Fondation d’entreprise Ricard, Paris (2012).

David Douard a participé à plusieurs biennales : 12e Biennale de Lyon, France (2013) ; Biennale de Taipei, Taïwan (2014) ; Asia Culture Center - Biennale de Gwangju, Gwangju, Corée du Sud (2018).

David Douard fut résident à l’Académie de France à Rome - Villa Médicis (2017-2018).

Photo : Franck Ferville.

Envoyer
Annuler