Jean-Luc Moulène
Implicites & Objets
22 octobre - 28 novembre 2020



Pour sa sixième exposition à la Galerie Chantal Crousel, Jean-Luc Moulène propose un paysage sculptural où l’abstraction se présente comme une force de pensée, d’imagination, évoluant conjointement avec une figuration forte et fixe dans un espace ritualisé.

Au centre de la première salle, un objet abstrait, la Montagne pourpre (2019) est installée sur son socle.

Conçue à partir de modélisation 3D et produite par machine-outils, cette imposante sculpture abstraite en mousse dure est une surface remplie. Elle est conçue par l’artiste comme un monochrome en trois dimensions.

pic

Jean-Luc Moulène
Montagne pourpre
2019
Peinture et résine sur mousse dure
80 x 115 x 93 cm | 31 1/2 x 45 2/8 x 36 5/8 inches

Prix : 180 000 EUR H.T.

Assemblés autour de la Montagne Pourpre et adossés au mur, un ensemble de sculptures inédites en béton, les Implicites l’observent à distance. Par cette observation, ils sont également amenés à regarder leur propre intériorité. En effet, suivant le même protocole de production déjà utilisé pour la série des Tronches (2014-2017), ce sont des figures retournées, inversées, intériorisées puis remplies de béton - des effigies aux corps et faciès distordus.

L’aspect du béton diffère d’une sculpture à l’autre, tant par sa couleur (nuances de gris) que par son traitement de surface (cire, époxy). La forme des corps et leurs attributs surgissent de leur propre effacement par l’action de remplissage. On peut parler ici de mise en scène de leur existence sensible.

pic

Jean-Luc Moulène
Jeune Homme
2020
Béton armé ciré
155 x 83 x 44 cm | 61 x 32 5/8 x 17 3/8 inches

Prix : 115 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, Oscar, 2020

Jean-Luc Moulène
Oscar
2020
Béton armé ciré
128 x 50 x 40 cm | 50 3/8 x 19 5/8 x 15 3/4 inches

Prix : 115 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, Grande, 2020

Jean-Luc Moulène
Grande
2020
Béton armé ciré
166 x 45 x 46 cm | 65 3/8 x 17 6/8 x 18 1/8 inches

Prix : 130 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, Marie, 2020

Jean-Luc Moulène
Marie
2020
Béton armé ciré
176 x 36 x 26 cm | 69 2/8 x 14 1/8 x 10 2/8 inches

Prix : 130 000 EUR H.T.

 Ce sont des corps entiers en latex ou silicone, d’abord retournées à l’envers par l’artiste puis dans lesquels il verse du béton renforcé par des tiges métalliques souvent apparentes à la fin du processus de production. Quand le béton est sec, la matière synthétique est retirée, le béton ciré ou recouvert de résine epoxy.

Au cœur de la seconde salle, nous trouvons une sculpture totémique en bronze sur socle haut, Pyramid’os (2020).

Le corps humain, ses organes et ses membres constituent un répertoire lexical dans lequel la langue a puisé pour former quantité d’expressions imagées. De Léonard de Vinci au Corbusier, le corps humain sert aussi de référence, de mesure. Il peut être son propre étalon ou s’inscrire dans une géométrie, ou encore servir d’unité dans un espace structuré par ses proportions.

En écho à cette histoire et à ces usages, Jean-Luc Moulène construit une pyramide avec les os longs des quatre membres humains. Les os des jambes, fémurs, tibias et péronés rejoignent les os des bras, humérus, radius et cubitus sur les arêtes de la pyramide. Ainsi chacune des quatre articulations aux quatre sommets – coudes et genoux – de la forme subit un écartèlement pour suivre les lois de la géométrie.

La forme érigée par Moulène est vide en son coeur. Cette absence révèle les marges auxquelles les membres inférieurs et supérieurs ont été relayés, laissant au coeur, aux poumons et au cerveau leur fonction dominante. L’artiste définit ses pièces comme des sculptures documentaires. Cette composition se fait témoin des représentations constituant nos corps.

— Balthazar Lovay

Jean-Luc Moulène, Pyramid'os, 2020

Jean-Luc Moulène
Pyramid'os
2020
Bronze patiné vert de gris - Fonderie de Coubertin
Approx. 54 x 77 x 65 cm | 21 2/8 x 30 3/8 x 25 5/8 inches
Edition 2/3 + 2 AP
Prix : 80 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, Tronche, 2020

Jean-Luc Moulène
Tronche
2020
Mine de plomb sur papier
62.5 x 53.5 x 2.5 cm | 24 5/8 x 21 1/8 x 1 inches (encadré)

Prix : 9 000 EUR H.T.

Les dessins et les collages […] nous emmènent dans la cour créative d’un esprit cultivé et mordant qui s’efforce de comprendre le monde dans lequel il vit sans oublier de s’amuser et de divertir. D’autres servent à exorciser de vieux démons que l’artiste épingle un et pour tous sur papier.

— Michel Blancsubé

Avec cet objet, Jean-Luc Moulène joue sur les axes de l’espace avec une colonne et sa spirale. Si la colonne est déviée, la spirale, elle, est continue. Le rouge accélère le mouvement. L’artiste insère un nouveau signe qui créé une autre direction du regard.

pic

Jean-Luc Moulène
Colonne Déviée
2019
Bois, peinture à l'huile
50 x 18 x 18 cm | 19 5/8 x 7 1/8 x 7 1/8 inches

Prix : 40 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, 66, 2020

Jean-Luc Moulène
66
2020
Béton armé, résine époxy
65 x 27 x 15 cm | 25 5/8 x 10 5/8 x 5 7/8 inches

Prix : 60 000 EUR H.T.

Reprenant les questions formelles soulevées par la Montagne pourpre, la Montagne blanche (2020) a une forme abstraite «quelconque» - terme fréquemment utilisé dans le lexique de l’artiste pour définir une forme, une chose pour laquelle nous ne connaissons ni l’organisation, ni la composition, ni la transformation.

La Montagne Blanche est un grand monochrome blanc qui garde en surface les traces de la peinture à l’huile. Toutes ces traces renvoient directement aux gestes visibles de l’artiste peignant sa toile.

Autre peinture en relief, Nature Morte (2020) n’est pas une forme quelconque, c’est un volume avec des éléments réalistes et non dissimulés, tels que des os et des cailloux.

Jean-Luc Moulène, Nature Morte, 2020

Jean-Luc Moulène
Nature Morte
2020
Bois, toile, porcelaine, polystyrène, plastique, pierres, gommes laque, enduits, peinture à l’huile
41 x 75 x 49 cm | 16 1/8 x 29 1/2 x 19 2/8 inches

Prix : 70 000 EUR H.T.

Jean-Luc Moulène, Montagne Blanche, 2020

Jean-Luc Moulène
Montagne blanche
2020
Bois, toile, porcelaine, polystyrène, enduits, peinture à l'huile
45 x 75 x 53 cm | 17 6/8 x 29 1/2 x 20 7/8 inches

Prix : 70 000 EUR H.T.

.

Sur la partie supérieure de Talisman (2020), se répandent des centaines de Nazar boncuk, petites amulettes traditionnelles turques en verre destinées à protéger contre le mauvais oeil. Non sans rappeler l’abstraction quelconque présentée à la Biennale de Venise en 2019 (Pale blue Eyes, 2019), ces yeux, qui semblent se multiplier, regardent la scène et épient tant les sculptures que les visiteurs.

Jean-Luc Moulène, Talisman, 2020

Jean-Luc Moulène
Talisman
2020
Pierre et Nazar boncuk en résine époxy
17 x 29 x 23 cm | 6 6/8 x 11 3/8 x 9 inches

Prix : 35 000 EUR H.T.

.

Photo : Pauline Assathiany

Jean-Luc Moulène

Né à Reims en 1955.
Vit et travaille à Saint-Langis-lès-Mortagne, France.

Les dessins et objets sculpturaux, qui ont toujours participé de son travail, ont pris par la suite une importance plus grande, au point de devenir majoritaires dans ses dernières grandes expositions, sans changer foncièrement l’esprit qui anime cette œuvre singulière. En plus d’interroger les enjeux de représentation de son médium, elle ne cesse d’aborder, dans sa matérialité même, des questions politiques et sociales, mais aussi ontologiques, notamment à travers la notion de « transaction », un terme investi de manière économique aussi bien que sensible, à travers une transaction permanente de l’imaginaire avec le réel.

Au cours de ces deux dernières décennies, les oeuvres de Jean-Luc Moulène ont été présentées dans les plus grandes institutions et lors des plus importants évènements internationaux, parmi lesquels : les expositions More or Less Bone au SculptureCenter, New York (2019) ; The Secession Knot à Secession, Vienne (2017) ; Jean-Luc Moulène au Centre Georges Pompidou, Paris (2016) ; Il était une fois à la Villa Médicis, Rome (2015) ; Documents and Opus (1985 - 2014) au Kunstverein de Hanovre (2015) ; Jean-Luc Moulène . works au Beirut Art Center (2013) ; Jean-Luc Moulène au Modern Art Oxford (2012) ; Opus + One, Dia: Beacon, Beacon, New York (2012) ; Jean-Luc Moulène au Carré d’art – Musée d’art contemporain de Nîmes (2010) ou encore Le Monde – le Louvre au Musée du Louvre, Paris (2005) ; et sa participation à de nombreuses biennales : 58ème Biennale de Venise (2019) ; Biennale de Taipei (2016) ; Biennale Internationale Design, Saint-Etienne (2015) ; Biennale de Sharjah (2011) ou encore la Biennale de Sao Paulo (2002).

Envoyer
Annuler