Fabrice Gygi

Né à Genève (Suisse) en 1965.
Vit et travaille à Genève.
 

Fabrice Gygi est l’un des artistes suisses les plus importants de sa génération. Issu de la mouvance ultra-radicale des squats genevois, sa vie et son travail sont imprégnés d’un rejet général de l’ordre social. Il se fait d’abord connaître par des performances dans lesquelles il explore les limites de son propre corps. Formé à la gravure d’abord au centre genevois de gravure contemporaine puis à l’école des Beaux-Arts, il commence alors une importante production de gravures et linogravures. Dès les années 90, glissant progressivement d’un discours lié à la sphère intime à un discours impliquant la société dans son ensemble, il développe un travail d’installations et de sculptures portant en elles un potentiel de contrainte et de contrôle sur les individus.  Au sein d’un vocabulaire formel minimaliste emprunt aux infrastructures urbaines et aux objets usuels et nomades, il les détourne de leurs fonctions premières manifestant ainsi une ambiguïté comme source de tension. Il nous amène à penser à l’obéissance civile et soulève des questions sur notre idéal occidental de liberté. « Mon attitude est plus un engagement politique que mon travail. Mon travail est un peu le sommet de l’iceberg, ce que l’on montre. Ça parle de politique car la politique fait partie de la vie. On est dans ce monde donc on est politique. Mais ce n’est pas un travail engagé ou militant, car pour moi cela voudrait dire avoir une morale sur les choses, ce que je me refuse catégoriquement. » Fabrice Gygi (in Interview with Fabrice Gygi, NOMAD Magazine, vimeo, 2011)

Son travail est alors montré dans les plus grandes institutions européennes et en 2009, il est invité à représenter la Suisse à la 53e Biennale artistique internationale de Venise.

Au début des années 2010, Fabrice Gygi amorce un tournant dans son travail en abandonnant la pratique des installations et en se consacrant dans un premier temps à la production de bijoux puis de sculptures et bas-reliefs reprenant les formes géométriques élémentaires développées dans ses bijoux. Parallèlement, il s’initie à une pratique de l’aquarelle de grand format. De composition géométrique parfaite, ces aquarelles arborent une gamme chromatique restreinte.

Enseignant aujourd’hui à la Haute École d’art et de design (HEAD) de Genève, Fabrice Gygi a également été professeur à l’ECAL de Lausanne, régulièrement classée parmi les dix meilleures écoles d’art et de design dans le monde.

Les expositions institutionnelles majeures de Fabrice Gygi incluent l’Instituto Svizzero di Roma (2010), le Orange County Museum of Art (2005), le Kunstmuseum St. Gallen (2005) et le MAMCO à Genève (2004). Son travail a pris une place centrale au sein de grandes expositions collectives internationales comprenant le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2017), le Migros Museum (2016), la Kunsthaus Zurich (2015), le Swiss Institute New York (2015), le Palais de Tokyo (2011), le Musée d’Art Contemporain de Lyon (2007), le Museum Ludwig (2005), le Museo Nacional Reina Sofia (2003), la 25e Biennale of Ljubljana (2003), le Kunsthaus Bregenz (2000) et la Kunsthalle Bern (1996).

Ses œuvres sont dans les collections de nombreuses institutions, parmi lesquelles le MAMCO à Genève, le Mudac à Lausanne et le Migros Museum à Zurich (Suisse) ; le M KHA à Anvers (Belgique) ; le Magasin 3 à Stockholm (Suède) ; le Centre Pompidou et le FRAC Ile de France à Paris, le FRAC Haute-Normandie à Rouen ou encore le Centre national des arts plastiques (France).

Sélection d'œuvres

Nos expositions

Personnelles Collectives Toutes nos expositions

Fabrice Gygi

D-Concept

1er juin — 13 juillet 2018


Exposition de groupe

Intérieur jour

4 — 28 septembre 2012


Exposition de groupe

Superbody

23 juin — 28 juillet 2012

Voir plus

Actualités liées

Toutes les actualités
Voir plus

Articles liés

Tous les articles

Envoyer
Annuler